La colonne brisée d'Adolphe Schneider

Colonne-brisee.jpg

Ce monument, le premier en l'honneur des Schneider, représente la vie tragiquement interrompue par le destin d'Adolphe Schneider (1802-1845), frère d'Eugène I er.

L'ainé de la famille Schneider arrive avec son frère Eugène au Creusot en 1836. Ils développent l'usine ensemble rapidement : la première locomotive en 1838, le premier bateau à vapeur en 1839, l'invention du marteau-pilon en 1840. Adolphe avait la fibre commerciale, alors qu'Eugène était plutôt technicien.
Adolphe fut nommé maire du Creusot en 1841, puis devint député de la circonscription d'Autun en 1842. En 1845, il fit une chute de cheval mortelle. Les Creusotins élevèrent en sa mémoire une stèle où la pierre fatale est scellée sur la première marche.

Simple stèle funéraire en fonte, en forme de colonne brisée, elle se dresse actuellement dans un petit square entre l'école Charles de Gaulle et la rue du Grenouiller.